Raconter des histoires

Un peu de poésies dans ce monde de brutes, des histoires pour s’évader, se faire du bien, pour passer le temps ou se remplir l’esprit.

Albert Camus, fraîchement gratifié du Prix Nobel écrit à son instituteur pour lui exprimer sa reconnaissance. La réponse que lui fait cet instituteur vaut aussi son pesant d’or. Juste pour rappeler le rôle des enseignants et l’importance de la liberté d’expression dans l’éducation. En espérant que l’engagement de Monsieur Paty encouragera toute une génération d’élèves à lutter contre l’obscurantisme.

[lire la suite]

« Toute vie n’est qu’un poème, un mouvement. Je ne suis qu’un mot, un verbe, une profondeur, dans le sens le plus sauvage, le plus mystique, le plus vivant », disait Blaise Cendrars, homme libre et bourlingueur insatiable. [lire la suite]

Que s’est-il passé tout ce temps? Un été aux abonnés absents, long de silences et de deuils, duquel on attendait l’espoir sans rien voir venir…René Char nous livre l’issue

Quand on demande à l’artiste musicienne, plasticienne et poète Félicia Atkinson à quoi ressemble la révolution qui vient voici ce qu’elle répond

Retour à la vie à la campagne, havre de paix dans cette période on ne peut plus perturbée et à l’issue incertaine. « être dans la nature ainsi qu’un arbre humain » comme dirait Anna de Noailles [à lire ici]

Nuit de rêves, comme un poème de Rainer Maria Rilke (…) Le rêve est la traîne de brocart qui tombe de tes épaules
le rêve est un arbre, un éclat fugitif, un bruit de voix ; [la suite ici]

Ça commence à nous démanger sérieusement…. Un extrait de Ode maritime de Fernando Pesoa [à (re)lire ici]

Murs protecteurs ou murs séparateurs, les murs sont aujourd’hui sensés nous protéger des virus. Mais ils enferment aussi les plus malheureux, et continuent d’exclure les moins chanceux. Extraits de « Migration des murs » de James Noël [à lire ici]

Le poète philosophe allemand Friedrich Hölderlin aurait eu 250 ans le 20 mars de cette année. De grandes manifestations littéraires et artistiques [lire la suite]

Un poème vertical du poète argentin Roberto Juarroz. Ou deux. [à lire ici]