Internet et la campagne

publié le

Comment encore une fois parler de la différence entre les villes et les campagnes ? L’accès à l’internet ! Parce que là, bonjour la différence !

Quand on n’a pas de ligne de téléphone et de connaissances de hackeurs, on est encore dans certaines régions isolées, dépendants d’une connexion satellitaire. C’est compliqué à installer, c’est cher, et c’est pas pareil. Mais bon, aujourd’hui, et surtout si on a un blog à actualiser, on a besoin d’un minimum de bande passante. Et je ne parle même pas de prétention à des activités de streaming, dont l’offre a explosé ces derniers deux mois (on sait pourquoi) et qui donnent vraiment envie.

Je n’imagine même pas le challenge pour les personnes du cru, âgées ou non, mais qui n’ont rien à voir avec l’internet (agriculteurs, mécaniciens, boulangers ou bouchers, etc…), qui doivent régler leurs impôts ou dossier médical par le biais de l’ordinateur et d’une connexion à l’internet, quelle qu’elle soit. Certains ont la chance d’avoir des enfants branchés séries et Netflix, et dans ce cas, ils n’auront pas de problèmes, l’internet passe c’est sûr. Pour les autres, c’est certainement un problème.

L’état donne des subventions, jusqu’à 150 €, pour aider les gens à financer leur accès à l’internet. Ils ont même une formule hyper communicante « l’accès au haut-débit partout et pour tous d’ici 2020 ». Il n’empêche que, et même si les offres ne sont pas pléthore, c’est un véritable parcours du combattant pour comprendre a) comment ça marche b) quel genre de connexion on peut avoir pour quel tarif c) comment installer soi-même une parabole et régler son orientation et d)programmer les modems, avec ou sans la wifi. Parce que même si Orange offre ce genre de service, elle n’a pas véritablement de techniciens attitrés dans les campagnes pour faire le boulot. Les quelques installateurs de télé à qui ils font appel, n’ont souvent ni la compétence ni l’envie de vous assister dans votre entreprise. Alors, démerdez-vous !  

Bref, si vous voulez vivre à la campagne, assurez-vous d’avoir une ligne de téléphone fixe ou une connexion internet déjà éprouvée, ou un copain nerd dans les parages, ou alors reposez-vous sur la 4G et lancez-vous dans la permaculture en attendant que la connexion passe! Et après tout c’est peut-être aussi tentant que de courir après les dernières actualités culturelles ou internationales et réseautées.

J’ai laissé tomber Nordnet, entreprise rachetée par Orange et je vais tenter skyDSL, entreprise berlinoise, aux apparences encore humaines. A suivre…

film festivals

Le printemps c’est le moment de l’année où fleurissent les festivals de films. On le sait bien que c’est dur pour tous les organisateurs, les

Noir Méditerranée

Rien à voir avec le confinement et l’état de flottement général du moment, sauf peut-être le choix du noir et blanc, qui reflète un peu

masques – ne pas se voiler la face

Quand on a commencé à parler de masques pour se protéger, ou plus exactement pour protéger les autres du virus corona, je n’ai pas pu

Principe de précaution

La série « Principe de précaution » de la photographe d’origine hongroise Susanne Nagy coïncide avec notre situation sous l’influence du coronavirus…A voir ici. Pourtant cette série

corona -méduses

Encore un symptôme étrange et non identifié de ce coronavirus? Ou bien un des effets secondaires du confinement? Des suggestions alternatives à la distanciation sociale?

Promenons-nous dans les bois

… d’Allemagne. Comme je suis confinée à Heidelberg, dans le land de Baden-Würtemberg en Allemagne, j’ai la chance de pouvoir me promener dans les forêts