Un donut pour Amsterdam

publié le

La capitale des Pays-Bas a annoncé le 8 avril un plan de relance inspiré de la théorie de l’économiste britannique Kate Raworth : mettre la priorité sur les besoins élémentaires des citoyens, comme l’accès à l’eau, à l’éducation et à la santé, tout en respectant les besoins de la planète.

L’objectif affiché est ambitieux : soutenir la reprise de l’activité, alors que le pays doit débuter la réouverture des écoles le 11 mai, en combinant progrès social et transition écologique. « L’idée est de revoir notre façon de consommer et de produire, tout en favorisant la création de nouveaux emplois », résume Marieke van Doorninck, l’adjointe au maire chargée de la durabilité et de l’aménagement du territoire.

Il faut déjà connaître un peu les concepts économiques pour tout comprendre, mais l’idée est toute simple, et rappelle un peu le principe de l’Ikigai.

Pour résumer : dans le schéma en forme de donut dressé par l’économiste, les populations dont les douze besoins fondamentaux tels que décrits pas les Nations unies ne sont pas assurés (santé, éducation, accès à l’eau…) se trouvent à l’intérieur du trou central. Le cercle extérieur représente le « plafond écologique », à savoir, les limites à ne pas franchir en termes d’émission de CO2 ou de maintien de la biodiversité, si l’on veut assurer la soutenabilité des ressources naturelles. Les nations assurant les besoins humains sans dépasser ce plafond se situent entre les deux cercles – c’est-à-dire dans la pâte du beignet.

Vous trouverez tous les détails dans ce pdf Amsterdam City Doughnut

Plus d’infos :

– article Courrier International du 09/04
– article Le Monde du 27/04

Et si vous vous intéressez vraiment au sujet:

Kate Raworth, La Théorie du donut : l’économie de demain en 7 principes, paru en France en 2018 (éd. Plon)

L’Art triomphe Empaqueté

L’Arc de Triomphe, WRAPPED. D’aucuns se demandent quel est l’intérêt d’un tel projet, à cet endroit névralgique de la révolte populaire française des trois dernières

Books for a better world – Part II

C’est pas gagné… mais il ne faut pas désespérer ! Aujourd’hui, oh surprise ! après deux mois de voyage, le livre commandé le 15 décembre était dans ma boîte aux lettres (cf article précédent).

Books for a better world

Yes, des livres pour un monde meilleur. Je suis tombée sur le site booksforabetterworld en cherchant un livre en anglais paru en 1980 – Deep

My new suede shoes

En cette période où l’on passe tellement de temps chez soi, ils sont le must des chaussons d’intérieur, élégants et douillets avec leur semelle en

Faire la fête au château

Au beau milieu du Loiret, au détour du canal de Briare, dans le Gâtinais, on tombe tout d’un coup sur un ovni :  un château noir

Tangoznthewood

En ces temps troublés par ce grain de virus qui enraye beaucoup trop d’évènements culturels et divertissants, il faut savoir se réinventer comme on dit.